Les artistes associés

Cette saison, la SNA choisit d’associer plusieurs artistes à son projet. Elle s’engage à leurs côtés en leur assurant des moyens de création et/ou des moyens de coproduction et de diffusion. L’occasion pour vous de vous immerger dans l’univers de ces artistes talentueux.

 

Guillaume VincentJeune auteur singulier et metteur en scène prolixe, l’un des plus reconnus et prometteurs de sa génération, Guillaume Vincent creuse sûrement son sillon, inventant depuis quelques années un théâtre bien à lui : intense, sensoriel, passionnant. Après des études théâtrales, il entre à l’école du Théâtre National de Strasbourg où il travaille sous la direction de Stéphane Braunschweig, Krystian Lupa, Daniel Jeanneteau et Olivier Py. Lors de sa dernière année d’école, il met en scène La Fausse suivante de Marivaux, repris en tournée 2005, notamment au Théâtre du Peuple à Bussang et au Théâtre de la Cité Internationale à Paris. En 2005 toujours, il participe au Festival Premières au TNS pour Je crois que je ne pourrais jamais, un spectacle conçu d’après Le diable probablement de Robert Bresson. En 2006, il met en scène Nous, les héros de Lagarce au TNS, repris notamment au CDN d’Orléans. Il met en scène au Festival Berthier 07, Histoire d’amour (Derniers chapitres) de Lagarce. En 2008, il participe à de nombreuses performances avec le groupe Il faut brûler pour briller.

À partir de 2009, il est artiste associé au CDN de Besançon pour deux saisons. Il crée entre autres L’éveil du printemps de Wedekind. Il fait également partie du collectif artistique de la Comédie de Reims, où il va monter Le bouc et Prepardise Sorry Now de Fassbinder en 2010. En 2011, il adapte et met en scène Le petit Claus et le grand Claus, conte d’Andersen, pour le jeune public. Aux Bouffes du Nord, il crée la même année, The Second Woman, un opéra contemporain de Frédéric Verrière sur un livret de Bastien Gallet. En 2012, il écrit et met en scène La nuit tombe… pour la 66e édition du Festival d’Avignon. En novembre de cette même année, il met en scène son texte Rendez-vous gare de l’Est à La Comédie de Reims qui sera également repris au Théâtre des Bouffes du Nord. En 2014, a lieu la lecture de son texte For.t Int.rieur à la Mousson d’été. Il met en scène Mimi, scènes de la vie de Bohème, un opéra adapté de La Bohème de Giacomo Puccini au théâtre des Bouffes du Nord. Il poursuit une activité de formation (ERAC, Ecole de la Comédie de Reims, DEUST Théâtre de Besançon, Option Théâtre avec le CDDB de Lorient, l’ENSAD de Montpellier). Il a, par ailleurs, travaillé en tant que collaborateur artistique sur les concerts de Camélia Jordana, Kery James, Florent Marchet.

Voir la présentation de sa création Songes et Métamorphoses.

 

Emanuel Gat

Lyrique, séduisant, virtuose, le chorégraphe israélien Emanuel Gat est là pour témoigner de la puissance de l’expression artistique au sein d’un peuple qui vit jour après jour dans l’urgence. L’atout d’Emanuel, outre son énergie, c’est bien évidemment son talent. L’extraordinaire vélocité de sa danse, la rigueur de son écriture, belle, envoûtante, réfléchie, font de lui une rareté. Ancien sportif, il étudie la musique à la Rubin Academy of Music à Jérusalem pour devenir directeur d’orchestre et découvre la danse à 23 ans. Il travaille alors avec les chorégraphes et pédagogues israéliens Liat Dror et Nir Ben Gal. Ses premières chorégraphies à succès datent du début des années deux mille, il sera particulièrement remarqué grâce à la création du Sacre du printemps et de Voyage d’hiver qui seront récompensés en 2006 par un Bessie Award. Il fonde sa propre compagnie Emanuel Gat Dance en 2004 au Suzanne Dellal Centre à Tel Aviv, avant de s’établir en France, à la Maison de la Danse Intercommunale d’Istres en 2007. Il collabore également avec des compagnies internationales comme invité. Dans le domaine chorégraphique, avec le directeur de la Compagnie Batsheva, Ohad Naharin, figure tutélaire de la danse israélienne, Emanuel Gat compte parmi les cinq meilleurs chorégraphes de son pays - tous d’un niveau international - si prolifique en matière de danse. L’œuvre d’Emanuel est intimement liée à la musique. En 2011, il écrit à la fois la chorégraphie, la musique originale et la scénographie de Brillant Corners, un ballet surprenant pour dix danseurs. Il y propose un langage chorégraphique hérité de la danse post-moderne et de l’étude du mouvement pur. En 2013, il est l’artiste associé au Festival Montpellier Danse.

Dernières chorégraphies

2010 : Observation action pour le Ballet National du Rhin
2010 : The Revised and Updated Bremen Structures pour le Tanztheater Bremen
2011 : Brillant Corners pour le Festival Montpellier Danse
2011 : Préludes & Fugues pour le Ballet du Grand Théâtre de Genève
2013 : The Goldlandbergs, Corner Etudes, It’s People How Abstract Can It Get ? et Danse de cour pour le Festival Montpellier Danse.

Voir la présentation des spectacles Sacre / Gold et Sunny

 

Le Daltin Trio

Ces trois musiciens, familiers de la SNA, offrent une musique largement empruntée aux formations Jazz. Derrière les atmosphères de cette musique de référence, vont affleurer des influences marquées par le Nu Jazz et la Musique du Monde, avec une rythmique puissante et un sens affuté de la mélodie. Au-delà du talent, c’est l’inventivité qui vient nourrir la simplicité jubilatoire d’un répertoire qui porte loin la beauté et la virtuosité d’une musique tout à fait nouvelle.

Grégory Daltin / ACCORDÉON, ACCORDINA, BANDONÉON

Originaire de Toulouse, Grégory Daltin effectue ses études musicales au Conservatoire à Rayonnement Régional et au Centre d’Études Supérieures de Musique et de Danse de Toulouse. Il commence sa vie professionnelle comme Professeur Assistant au Conservatoire de Bordeaux avant de retourner enseigner au CRR et CESMD ainsi qu’à l’Institut Supérieur des Arts de Toulouse. Se produisant dans des programmations de musique Classique, Contemporaine, Jazz, Improvisée, il a collaboré avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Ensemble de musique contemporaine Pythagore, l’Orchestre de la Cité d’Ingres, l’Orchestre de chambre de Toulouse…

Julien Duthu / CONTREBASSE

Julien Duthu débute la musique par la basse électrique et suit les cours de l’Académie d’Art et de Musiques Actuelles de Toulouse. Fin 2001, il commence la contrebasse et se perfectionne aux côtés de Hein van de Geyn (Conservatoire de Rotterdam), Larry Grenadier, Joe Martin. Il obtient son Diplôme d’Études Musicales de Jazz et son Diplôme d’État de Musiques Actuelles. Trophée Jeune Talent du festival de Jazz de Montauban et Lauréat du programme Jazz Primeur 2009, Julien à partagé la scène avec de nombreux artistes comme Natalie Dessay, Enrico Pieranunzi, James Morrison, Christian Escoudé, Géraldine Laurent, Richard Galliano… Sa musique est influencée par la scène new-yorkaise contemporaine qui mêle le Jazz, le Rock et l’improvisation.

Sébastien Gisbert / PERCUSSIONS

Né à Béziers, Sébastien Gisbert commence la batterie à l’âge de cinq ans. Il intègre le Conservatoire de Béziers et rapidement celui de Toulouse à l’âge de 14 ans dans la classe de Michel Ventula. Il découvre alors la musique Classique et Contemporaine de haut niveau et y obtient le Diplôme d’Études Musicales, le Diplôme National Supérieur Professionnel de Musique ainsi que d’autres prix comme le 1er prix international de caisse claire à Paris. Il nourrit une passion pour toutes sortes de musiques à travers diverses percussions (cubaines, africaines, indiennes…). Il intègre des formations de tous styles : World Music, Latin, Classique, Jazz, Rock, Contemporain… Il participe à de nombreux festivals et s’enrichit de rencontres avec la fi ne fleur des percussionnistes : Éric Sammut, Jean Geoff roy, Raymond Curfs… dans une quête insatiable de nouvelles sonorités.

Voir la présentation des spectacles Tango de l’Autruche et Bal de l’Autruche

 

Les LabOrateurs - Pépinière d’artiste

LabOrateurs - Pépinière d’artistes a été créée fin 2013 à l’initiative des comédiens-porteurs de projet issus de l’année d’insertion professionnelle, dite « Classe Labo », initiée par les Chantiers Nomades et la section Art Dramatique du Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse / Midi-Pyrénées, sous la houlette de son responsable pédagogique Pascal Papini. Cette association a pour vocation de répondre au besoin et au désir fortement exprimés par ces jeunes artistes de s’inscrire dans une démarche collective d’accompagnement dans leurs projets d’insertion professionnelle, afin d’en assurer les meilleures conditions de réussite. Cette association est pensée comme une « pépinière de projets » où la réussite des projets des uns renforce celle des autres. Elle se revendique par ailleurs comme un laboratoire théâtral qui oeuvre pour un théâtre contemporain qui pense le monde, les conduites humaines et les changements à venir… un théâtre d’art, métaphysique, poétique et universel. La SNA entend soutenir la d.marche de ces jeunes comédiens en leur offrant la possibilité d’accompagner différents projets de formation, de médiation et de diffusion.

En attendant le Petit Poucet (Création 2016) / Dimanche 11 décembre à 17h / Auditorium Dom Vayssette, Gaillac

Il s’appelle Le Grand, elle s’appelle La Petite. Ils sont seuls au monde. Il ne leur reste plus qu’à se rencontrer, à s’inventer des fables… Ils sèment des cailloux sur les chemins et l’un d’entre-eux les accompagne… Lorsqu’ils ont fait le tour du monde, ils s’interrogent. Comment donner un sens à leur histoire ? Le conte traditionnel revisité par l’auteur Philippe Dorin permet un regard neuf sur le Petit Poucet. Un texte magnifique avec des répliques qui font rire les enfants en contournant un sujet grave qui les concerne au premier chef : l’errance.

 


Scène Nationale d'Albi
Place de l'amitié entre les Peuples
81000 Albi
Renseignements
05 63 38 55 55
Site réalisé et hébergé par AbLink Sites Internet / Conception graphique : François Cadeau 06 77 08 90 70
Scène Nationale d'Albi - Licences d'entrepreneur de spectacles : 1-1087934 1-1087935 1-1087936 2-1087937 3-1087938